Des coquelicots dans les gravas

À 20 ans, on croit qu’on va pouvoir changer le monde.

À 20 ans, gorgés de certitudes, on pose un regard sans concession sur les choix de nos aînés. On juge leurs parcours sans la moindre indulgence. On pense qu’on va de toute façon faire mieux, faire plus, faire différemment. Qu’on ne nous prendra pas à commettre les mêmes erreurs.

On pense savoir mieux que ceux qui nous ont précédé, qu’ils n’avaient rien compris à la vie, mais que nous, on ne nous aura pas. Nous, on a tout compris.

Et on se lance dans la bataille avec tout l’orgueil que permet la jeunesse.

Le temps passe et court, et nous rattrape. Les responsabilités s’accumulent petit à petit sur notre chemin. Les contraintes finissent par barrer la route à nos envies et à nos rêves.

On se retrouve exactement comme nos aînés, à devoir faire face avec les moyens du bord.

Et on comprend, à 40 ans, que le monde est comme il est et que rien ni personne n’y changera quoi que ce soit. On comprend qu’il ne sert à rien de lutter contre le courant ; que quoi qu’on fasse, il y aura toujours des tempêtes et des orages, des séismes et des raz-de-marée. Des guerres aussi.

À 40 ans, on comprend surtout que malgré cela, il est possible – et nécessaire – de faire surgir quelque chose de beau et de positif de chaque situation ; qu’au milieu des gravas, il peut toujours pousser des fleurs, et qu’il est là, peut-être, le vrai combat.

2014-06-04 09.28.37

Publicités

6 réflexions sur “Des coquelicots dans les gravas

  1. Je crois que tu as vu juste Marie. C’est très bien dit.
    Nous ne pourrons jamais vraiment changer le monde mais nous pouvons faire bouger les choses, nous pouvons faire pousser des fleurs au milieu des cendres.
    J’aime beaucoup ta réflexion. Merci Marie pour ces mots justes.

    1. C’est en tout cas ce que je veux continuer à croire : que même les impasses peuvent être fleuries ! Que la vie est ce qu’elle est et qu’elle comporte son lot de difficultés, mais que rien ne nous empêche d’en tirer le meilleur parti.

  2. Marie, ton texte est magnifique et me parle beaucoup… Oui, ainsi va la vie… Mais chacun à sa mesure peut faire le bonheur de l’autre et si tout le monde agit ainsi de plus en plus de coquelicots surgiront sur notre chemin… Merci pour ce billet ! Bisous

    1. On apprend à tout âge, c’est ça qui est bien 🙂
      Et finalement, même si on acquiert de l’expérience au fil des années, je crois qu’on revient toujours à ce qu’on était à 20 ans, un peu comme une référence de nous-même…

Petits mots et longs discours, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s