Sauter le pas – devenir musulmane #3

Le début du texte se trouve ici et

*****

En bas, dans la rue, il n’y avait plus personne à présent. L’imam avait dû commencer sa leçon devant les fidèles assis sur la moquette fatiguée.

Cécile se dirigea vers le lavabo, dans l’angle de la pièce, pour y faire ses ablutions. Depuis trois mois, elle avait pris l’habitude de se laver les mains et le visage quand elle voulait lire le Coran, mais aujourd’hui, elle voulait faire ça correctement, en suivant toutes les étapes. La veille, elle était allée avec Houda acheter quelques livres pour en savoir plus. Elle avait choisi une biographie du prophète Mohammed dont elle ne savait quasi rien, et un petit guide pour apprendre à faire la prière. Elle jeta un coup d’œil à la page des ablutions, qu’elle avait cornée, pour s’assurer qu’elle avait bien tout retenu, puis ouvrit le robinet.

Avec beaucoup de précaution, en suivant soigneusement les indications de son petit manuel, Cécile se lava les mains, la bouche, le nez, le visage, les bras jusqu’au coude. Elle passa ses mains mouillées sur ses cheveux et ses oreilles, puis se lava les pieds. Elle leva ensuite l’index de la main droite et, comme elle le faisait déjà depuis plusieurs semaines chaque fois qu’elle s’adressait à Dieu dans l’intimité de la nuit, elle prononça la shahada, la profession de foi, la clé…

Ash-hadou an lâ ilâha illallah, ash-hadou anna mouhammadan rassoûloullah – Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre dieu que Dieu, je témoigne que Muhammad est son prophète.

Elle était prête.

Elle enfila ensuite un long peignoir de soie par-dessus son jean et se couvrit la tête d’une écharpe en pashmina. Puis elle s’assit dans son fauteuil en rotin, près de la fenêtre, et ouvrit le Coran au hasard.

Cécile hésitait encore. Prier ? Ne pas prier ? Se lancer aujourd’hui ? Et si elle n’était pas prête ? Attendre encore ?

Pour Cécile, cette première prière avait valeur d’engagement. Le jour où elle la ferait, elle entrerait de plein pied dans la religion indiquée par Dieu et s’y engagerait pour la vie. C’était solennel. C’était une promesse pour l’éternité. Elle voulait être sûre d’être à la hauteur.

Prier aujourd’hui ? Attendre encore ?

Mais attendre quoi ? Et combien de temps encore, alors qu’elle était sûre que c’était la voie à suivre ?

Cécile finit par décider qu’elle avait assez attendu et qu’il était temps de sauter le pas, d’accepter le formidable cadeau qui lui avait été fait alors qu’elle n’avait rien demandé, d’embrasser la religion de Dieu toute entière, sans plus attendre.

Elle se leva pour prendre une grande serviette propre qu’elle étala par terre. Elle savait que c’était dans ce sens qu’il fallait la mettre pour avoir vu Houda le faire de nombreuses fois. Elle se plaça dessus, debout à une extrémité et, son petit livre de prière à la main, elle se mit à lire l’appel à la prière. Puis elle éleva les mains au niveau des oreilles et les abaissa le long du corps avant de les joindre sur sa poitrine, main gauche dessous, main droite dessus… Allâhou Akbar.

Ça y était. Elle était en prière. Elle se tenait debout devant son Créateur.

Elle lut les versets qu’elle n’avait pas encore appris par cœur, en prenant bien le temps de ressentir chaque mot au plus profond d’elle-même… La louange est à Dieu, le Seigneur des mondes ; le tout miséricordieux, le très miséricordieux… Allâhou Akbar, Dieu est le plus grand… Sami Allâhou liman hamida, Dieu entend celui qui le loue… Allâhou Akbar…

Pour la première fois de sa vie, Cécile se prosterna et fut alors envahie par une émotion à laquelle elle ne s’attendait pas du tout. Là, face contre terre, les mains posées de chaque côté de son visage, Cécile eut le sentiment qu’elle n’était pas seulement face à Dieu. Elle était en Dieu.

Elle s’en remettait totalement à Lui et à Lui seul. Elle se sentait à la fois vulnérable et totalement protégée ; insignifiante entre les mains du Créateur, mais tellement privilégiée. Une petite voix au fond d’elle ne cessait de répéter : « tu es sauvée, tu es sauvée… », tandis que des larmes coulaient le long de son nez pour s’écraser sur le sol.

Elle aurait voulu que cet instant ne s’arrête jamais. Que sa vie entière soit remplie d’une telle plénitude.

Oui, tout à l’heure, elle accomplirait les mêmes gestes. Et ce soir encore. Et demain. Et tous les autres jours de sa vie. Cécile était désormais Musulmane. Soumise à Dieu et à Lui seul, pour toujours.

*****

Quelques heures plus tard, l’étourdissante Houda déboula comme une furie dans la chambre de Cécile, les bras chargés de paquets. Toute à ses achats, elle ne prêta d’abord aucune attention à son amie qui lisait, comme à son habitude, recroquevillée dans son vieux fauteuil en rotin, près de la fenêtre.

Tourbillonnant dans un flot de paroles, Houda commença à étaler ses dernières trouvailles sur le lit, puis se retourna, ses fripes à la main et…s’immobilisa brusquement lorsque ses yeux rencontrèrent enfin ceux de Cécile.

Tu as prié ! lui dit-elle.

Iqra ! Lis...

Publicités

25 réflexions sur “Sauter le pas – devenir musulmane #3

  1. La première prière, ça a du être un moment de communion intense et magique Marie. Quand je prie je ressens un peu la même chose, être face à Dieu et ressentir Dieu en soi. Ce n’est pas rien.
    J’aime lire ton cheminement, voir comment les choses se sont passées pour toi. Quelques fois, je me dis « comment se fait-il que je n’ai pas ressenti cet appel en lisant le Coran? » (je suis assez forte pour me poser des tonnes de questions comme ça). Et puis la réponse est venue un jour, à l’improviste. Je me suis dit « quand tu auras toutes les réponses à toutes tes questions, ce sera la fin ». J’ai donc encore du temps devant moi…

    1. C’est vrai que c’était un moment très fort. Par rapport à ta question, j’ai envie de te dire que ce n’était peut-être pas le bon moment pour toi, ou peut-être pas la bonne porte d’entrée par rapport à ta sensibilité 🙂
      C’est drôle cette réflexion sur la fin des questionnements. Je n’avais jamais vu les choses sous cette angle. J’ai reçu des réponses que je n’avais pas demandées et qui m’ont comblée, mais je trouve qu’il y a toujours des choses à découvrir dans ce monde et ça continue à me passionner. Rien n’est fini, pour moi…

  2. Oui c’est très beau !
    Comme toi, j’ai eu le même sentiment de « savoir », que ne pas suivre ce chemin, la parole de Dieu, c’était me perdre…
    Ton texte est un magnifique rappel sur la prière, avec le temps on n’oublie cette première émotion, et tous ses bienfaits.
    Je suis certaine que ton blog contribue à améliorer l’image des musulmans, et ton écriture si belle mérite publication !
    Une petite suggestion, pourrais-tu publier une booklist, j’aime lire et tes lectures seraient sans aucun doute source d’inspiration.
    Encore merci pour le partage, et prend soin de toi.

    1. Merci Dija,
      Ce sentiment d’être sauvée, c’est véridique. C’est vraiment ce que j’ai ressenti d’une façon totalement incontrôlable. En fait, ce texte est un rappel avant tout pour moi-même. Ça m’a fait du bien de me souvenir de l’intensité de ces moments-là parce que tu penses bien qu’en 20 ans, j’ai connu forcément des hauts et des bas, des moments où c’était plus difficile – notamment après une dépression contre laquelle je me bagarre encore certains jours. Écrire ce texte et raviver tous ces sentiments du début m’a fait un bien fou !
      Merci beaucoup pour ton soutien et tes encouragements.
      Pour la booklist dont tu parles, en fait j’ai créé un compte Babelio, il y a peu. Je vais voir pour le mettre en lien dans le menu.
      Au plaisir de te lire à nouveau, incha-Allah (sur ton blog, peut-être ??? ;-))

    2. Salam ‘alaykoum, Dija.
      Je voulais juste te dire que j’ai finalement supprimé ce compte Babelio. J’ai trouvé que ça n’apportait pas grand chose, en réalité. Je préfère partager mes lectures dans mon petit espace bloguesque 😉
      En attendant que je trouve le temps de rapatrier ici les articles lecture de mon ancien blog, tu peux les consulter là-bas directement : http://www.croquemots.wordpress.com
      A bientôt, incha-Allah.

  3. Merci d’avoir livré tes ressentis vécus dans ce moment intime, c’est très touchant et très fort. La puissance de Dieu qui nous fait ressentir des choses fortes, je l’ai déjà vécue aussi…

    1. C’est vrai que c’est très intime et pas forcément facile à exposer comme ça, aux yeux de tous. Mais je ne regrette pas du tout de l’avoir fait. Ça m’a permis d’échanger des choses vraies avec des personnes ouvertes, d’avancer de mon côté aussi.
      Merci encore pour le partage intéressant autour de ce texte 🙂

  4. Salam alaykoum…
    Que te dire que macha allah !!
    Te lire me donne encore plus de frissons que te l’avoir entendu à plusieurs reprise me l’expliquer… suphan’allah tu as une façon d’écrire qui me touche beaucoup macha allah…
    Je souhaite à toute personne ton parcours ma belle.
    Ce que tu as ressentit la première fois en te prosternant c’est ce qu’on devrait ressentir à chaque fois qu’on dit Allahou akbar et à chacune de nos prières suphan’allah…

    Allah y sahalik ou khamalik bakhal,
    je t’aime très fort ma sœur fillah… 😉

    1. Oh, comme c’est chou ! T’as réussi à me faire pleurer. Moi aussi je t’aime très fort et j’ai vraiment hâte de vous voir.
      On pourra en parler de vive voix… <3<3<3

      1. Voilà Siham : j’ai rectifié !
        Franchement, oublier la shahada dans un récit de conversion, c’était énorme ! Comme je te l’ai dit tout à l’heure, c’est bizarre mais je ne me souviens pas du moment où j’ai prononcé la shahada pour la première fois. Pour moi, c’est par la prière que je me suis engagée dans l’Islam. La shahada en faisait partie et je la prononçais régulièrement bien avant de commencer à prier, mais c’est pas une première fois qui m’a marquée, curieusement. Par contre, je me souviens très bien du moment où j’ai levé les yeux du Coran pour regarder le ciel étoilé et où je me suis dit « Waouw… Dieu existe ! Comment est-ce que j’ai pu en douter jusqu’ici ??? »

  5. Je viens de prendre le temps (je les avais mis de côté!) de lire tes trois récits qui sont absolument sublimes. Je ne me reconnais dans aucune religion, je crois en quelque chose de supérieur en revanche. Mais tout ce que tu décris c’est exactement ce que je ressens quand je parle de religion avec mon frère de cœur qui est musulman. C’est tout simplement pur et doux, rien à voir avec l’image qu’on veut donner de cette religion. Pour l’avoir vu prier, je sais combien c’est précieux et beau… Merci par tes récits de montrer un autre visage de ce que certains connaissent si mal et du coup en parlent si mal! Et bravo d’avoir trouver une si belle foi.

    1. « Pur et doux », « précieux et beau »… Des mots qui me touchent au coeur et prouvent qu’il y a encore des personnes capables de voir au-delà de tous ces préjugés qui nous empoisonnent.
      Merci beaucoup pour ce très beau commentaire (qui m’a fait venir les larmes aux yeux – mais bon, en même temps, je suis une vraie fontaine comme fille !) ❤

  6. Assalam ALeykum, bonjour Marie, cela fait plusieurs semaines que je lis ton blog que je trouve magnifique.J’ai trouvé ton récit de conversion très émouvant et ta rencontre avec le coran m’a beaucoup touchée car j’ai ressenti la même chose en le lisant pour la première fois.Une lecture bouleversante comme une tornade spirituelle et sidérante…Je suis convertie depuis quelques années et je vis comme toi au Maroc et c’est suite à une dépression que j’ai découvert l’islam un peu par hasard.Bravo pour tes jolies textes.

    1. ‘Alaykoum salam ! Bienvenue par ici, Claby ! Je me demandais justement qui était ce visiteur de l’ombre qui venait consulter mon blog depuis le Maroc 🙂
      Les récits de conversion sont toujours touchants, n’est-ce pas ? J’aime aussi lire ceux des autres pour y retrouver cette même émotion ; cette tornade spirituelle, comme tu le dis. Ce sont des moments forts de notre vie. Et puis, le temps passe et les choses s’apaisent, jusqu’à devenir normales. Presque banales, même !
      Est-ce que tu te plais au Maroc (Nord ? Sud ? Je suis très curieuse !) ? Moi, j’ai eu beaucoup de mal, comme je l’ai déjà raconté ici. J’ai très mal supporté l’expatriation. Au bout de 8 ans, je commence seulement à voir le bout de ce long tunnel, la-hamdoulillah, et je crois bien que la vie n’a jamais été aussi belle !
      Au plaisir de te lire à nouveau…

  7. Salam chère Marie,
    je viens de finir la lecture de ton récit et, comme je le raconte sur mon blog, j’aime énormément les histoires de conversion et elles m’émeuvent toujours beaucoup…!
    Merci pour ce partage et cette écriture si belle ma cha Allah.
    Il y a quelques semaines, j’ai fait la connaissance d’une jeune femme qui est très intéressée par l’Islam et ton histoire m’a fait penser à elle. Elle sait qu’Allah est le Créateur de toute chose et que Muhammed est le dernier de Ses messagers, et elle prie ! Et en plus, elle prie à l’heure autant que possible, elle se lève pour le Fajr et c’est quand même extraordinaire quand on pense à tous les musulmans qui ne font pas cet effort subhanAllah ! Elle a jeûné avant le Ramadan pour s’y préparer mais elle a eu des problèmes de santé juste avant qu’il ne débute et pour l’instant, elle ne peut pas jeûner.
    Mais elle n’a pas encore décidé de se convertir et donc de prononcer la shahada officiellement. Si elle se convertit, elle veut se soumettre totalement et il y a des choses interdites qu’elle n’est pas (encore) résolue à abandonner, elle ne se voit pas mettre le voile, s’ajoute à cela qu’elle n’aurait pas le soutien de sa famille (elle est divorcée) ou de ses proches, par conséquent elle n’arrive pas à sauter le pas.
    Je lui ai dit de prendre son temps mais aussi d’y aller pas à pas car on fait toujours des erreurs, l’important étant de s’en rendre compte et de s’en repentir. Elle aime écouter le Coran, ça l’apaise, même si elle ne comprend pas, et elle se renseigne beaucoup sur l’Islam depuis un an maintenant.
    Voilà, mon petit mot est devenu un long discours 😉
    Si tu as des conseils, n’hésite pas à m’en faire part incha Allah !

    1. Salam !
      J’aime bien aussi les récits de conversion, c’est toujours touchant.
      Je comprends tout à fait les hésitations de la personne dont tu parles, pour avoir eu également une période un peu entre deux, exactement comme je la décris ici. Pour moi, c’était surtout le fait de s’engager à vie qui me faisait peur. Et si je n’avais pas la force d’assumer sur le long terme ?! Du coup, je me cachais beaucoup et je parlais peu du bouleversement que j’étais en train de vivre, de peur qu’on me pousse à aller plus vite que ce que j’étais prête à faire. Si je devais donner un conseil, ce serait de la laisser avancer à son rythme. Peut-être discuter avec elle des aspects qui lui posent problème, si elle en a envie, parce que la discussion peut permettre de faire avancer la réflexion personnelle, mais sans chercher à la convaincre (sans chercher à lui vendre quelque chose, j’ai envie de dire !!!). La foi c’est quelque chose de très intime entre la personne et Dieu, et à mon avis, il est nous est impossible de l’insuffler à quelqu’un ! Personnellement, on aurait pu continuer à me parler de l’Islam pendant des années, si je n’avais pas lu la Parole de Dieu qui m’a touchée au cœur, je n’aurais jamais fait ce cheminement ! J’aurais sans doute été intéressée, curieuse, peut-être convaincue par certains aspects, mais je pense sincèrement que la discussion à elle seule n’aurait pas pu susciter ma foi ! Al-hamdoulillah, je ne demandais rien et quel cadeau j’ai reçu !!!
      Que Dieu guide ton amie et l’aide à y voir clair.

      1. salam Marie,
        il ne fait aucun doute que c’est Allah swt qui guide et on ne peut que transmettre ce que l’on peut du message divin, si notre bien-aimé prophète ‘alayhi salat wa salam n’a pas pu « convaincre » certains proches, c’est bien une leçon à retenir…
        Je m’efforce de répondre à ses questions, je lui envoie des liens de vidéos de personnes bien plus qualifiées pour expliquer tel ou tel aspect et je n’insiste pas. Le truc c’est que c’est spécial comme situation où la personne sait que c’est LA vérité, accepte Allah comme créateur, prie comme Il nous l’a demandé, parle avec lui, fait des du’a, bref a déjà la foi en quelque sorte, mais ce bas-monde la retient encore, tous les aspects matériels je veux dire…
        Kheir incha Allah, je te dirai si elle se convertit incha Allah 😉
        Bises et merci encore pour ton témoignage !

      2. C’est vrai que c’est spécial comme situation. Je ne comprends pas très bien… Si elle fait la prière musulmane telle qu’elle est prescrite (et sans doute les ablutions aussi, du coup), c’est donc qu’elle prononce la chahada plusieurs fois par jour ! Est-ce que toute personne qui prononce la chahada, même en secret, n’est pas Musulmane ?!!! Elle prie, elle a l’intention de jeûner… Elle reconnaît le Coran comme venant de Dieu, sans quoi ça n’aurait pas de sens de suivre la religion qui y est détaillée… Elle en récite les versets quand elle prie… En quoi n’est-elle pas Musulmane, alors ???
        Je crois qu’en réalité, cette personne est déjà convertie mais qu’elle n’en est pas encore au stade de le faire savoir… Ce sera l’étape suivante incha-Allah.
        Tu sais, moi au début je me cachais pour prier, y compris des Musulmans. Non pas par honte, mais parce que c’était encore trop intime, trop personnel pour être exposé. Et encore maintenant, je préfère m’isoler pour prier…
        Merci pour le partage 🙂

      3. Pour ce qui est de la chahada j’étais aussi intriguée car elle la prononce pour la prière mais pas avec l’intention de se convertir, et bien sûr l’intention prime. Je crois que dans son coeur elle a la foi, elle trouve refuge dans la prière aussi, mais parce que ça implique beaucoup d’autres changements dans sa vie et qu’elle na pas de famille ou proches pour la soutenir, ça lui pose problème ainsi que le fait d’abandonner des choses illicites et de se couvrir. D’ailleurs elle priait sans voile car elle ne savait pas qu’il fallait qu’elle en porte un. Je lui ai dit daller doucement, une chose à la fois, mais comme toi je crois qu’elle veut être sûre de pouvoir s’engager « à vie » et ça va donc prendre du temps. Qu’Allah swt lui facilite ainsi qu’ à toute personne dans cette situation, et qu’Il rafermisse notre foi.

      4. Finalement, c’est sa vision des choses qui est particulière, plus que sa situation (dans le sens où elle ne se reconnaît pas elle même en tant que Musulmane alors qu’elle pratique l’Islam!). Pour moi, elle est exactement comme quelqu’un qui serait Musulman d’origine, qui croirait au message de l’Islam, mais qui aurait du mal à s’y conformer pleinement. Je crois qu’il y a plein de gens dans cette situation et personne ne dira d’eux qu’ils ne sont pas Musulmans. Au fond, la foi est un cheminement. Que Dieu nous guide incha-Allah.

Petits mots et longs discours, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s