Autour de mes 40 ans

39, 40, 41… Des chiffres charnières qui grincent à nos oreilles quand on les franchit.

Des chiffres qui évoquent un passage, une transition ; une perte irrévocable, la nécessaire acceptation…

J’ai trouvé mes 39 ans fuyants.

Un 3 en équilibre sur la trentaine, petit Monsieur Culbuto qui se balance au milieu des jouets de mes enfants ; et un 9 en partance, comme un joli ballon gonflé à l’hélium qui ne demande qu’à s’envoler.

Je m’y suis accrochée de toutes mes forces. Je m’y suis cramponnée désespérément jusqu’à la dernière journée, la dernière seconde, le suppliant de ne pas m’abandonner :

Nooon ! Jeunesse, ne t’en vas pas ! Ne me laisse pas seule avec ces inconnus ! Regarde-les… Ce 4 ne m’inspire rien de bon… La dernière fois que j’en ai vu un semblable dans ma vie, ce fut l’année du grand effondrement. L’année où j’ai touché le fond ; où j’ai découvert à mon grand effroi que je n’étais pas aussi forte que je le croyais. Mauvaise année. Douloureux souvenirs que je m’emploie encore à apaiser.

Que me réserve à présent ce chiffre au profil anguleux ? Et ce 0, avec sa tête d’échéance ?

Mais rien n’y a fait. Par un beau matin du mois d’août, 39 m’a plantée là avec les nouveaux venus.

J’ai mis du temps à m’habituer à eux. Ou peut-être que je ne m’y suis jamais habituée, finalement. Ils ont flotté au dessus de ma tête pendant toute une année, sans que j’arrive jamais à les saisir.

Comment doit-on être à 40 ans ? À quoi doit-on ressembler ?

Je scrutais les visages en quête de réponses… J’essayais de savoir…

De quoi a l’air une femme de 40 ans ?

De quoi a l’air une femme de 40 ans qui croit encore en avoir 20 ?

Et où sont donc passées toutes ces années ?

Je découpais ma vie en tranches que je pesais et re-pesais. Cette période-là est-elle assez lourde ? Est-elle assez chargée ? L’ai-je suffisamment remplie ? Et cette autre ? N’est-elle pas lamentablement vide ? Ne l’ai-je pas négligée ?

Tant d’hésitations et de questions qu’un tout petit 1 de rien du tout est venu balayer.

Juste un petit 1 accolé au 4, comme un pilier solidement planté, un étendard fièrement levé ; et me voici établie dans ma décennie. Je ne suis plus une novice à la recherche d’un modèle. Je suis bel et bien quarantenaire. Je suis pleine et forte de toutes ces années d’expérience.

Je ne sais toujours pas comment on doit être à mon âge…

Par contre, je sais une chose : je n’ai plus l’âge qu’on me dise comment je dois être !

À tout importun, moralisateur, rabat-joie qui voudrait me dicter sa loi, j’oppose mon âge flamboyant en guise de drapeau.

Quarante-et-un ans, l’âge de vivre comme je l’entends.

Quarantenaire

Publicités

8 réflexions sur “Autour de mes 40 ans

  1. Elles sont étranges ces dizaines que l’on passe. On se demande bien ce qu’il y a derrière, ce qui nous attend.
    Vis comme tu l’entends Marie, il est grand temps!
    Grosses bises et bon weekend

    1. En fait, j’ai toujours affirmé clairement mes choix de vie, mais avec l’âge, je suis de moins en moins disposée à « prendre sur moi ». « Je le vaux bien » est devenu ma devise favorite !
      Bon week-end, Marie.

  2. un catp à passer, après on s’habitue et puis vient le temps ou l’on ne compte plus, il m’arrive de ne plus savoir exactement quel age j’ai … (mon mari me le rappelle gentiment! l’important n’est ce pas l’age que nous avons dans notre tête sinon nous serions vite désespérées quand la vieillesse nous guette. Joyeux 4(1) pas encore de trop dramatique… Plein de pensées amicales merci pour ton petit mot sur teatimeandscones vos soutiens me font du bien au cœur!

    1. Merci à toi, Catherine. Les commentaires font toujours plaisir.
      Les 40 ans sont un cap à passer qui soulève plein de questions, et puis ça se dissipe. On se rend compte du chemin parcouru. On savoure la tranquillité retrouvée alors que les enfants sont de plus en plus autonomes ! On se dit que maintenant, on va pouvoir s’occuper de soi… Et se faire chouchouter aussi !
      Le meilleur est sans doute à venir ! 🙂

  3. C’est pas possible, tu as lu dans mes pensées, ou quoi ?! J’ai l’impression de lire toutes mes interrogations, mes angoisses, mes incertitudes face aux 40 ans qui se profilent bien trop rapidement à l’horizon… Merci pour ton billet dans lequel je me suis retrouvée. Bisous et bon weekend !

    1. Ouiii ! Je trouvais aussi que ça arrivait bien trop rapidement ! Jusque là, je n’avais jamais trop fait attention à mon âge, mais je t’assure que j’ai tenu à mes 39 ans jusqu’à la dernière minute ! Je voyais ça comme un point culminant au-delà duquel j’allais commencer à décliner… Maintenant je le vois plutôt comme le début d’une période de renouveau, plus libre de contraintes, plus tournée vers ce qui me tient à cœur.
      Bon week-end dans ta belle région, Karine 🙂

Petits mots et longs discours, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s