Les divagations nocturnes d’un papillon à plume

J’ai envie…

J’ai envie d’une écriture plus fluide, plus légère, plus libre peut-être, moins dans la retenue, moins dans le contrôle. Laisser ma plume – ma bille, plutôt – glisser tranquillement sur la page, sans la freiner, sans la contraindre. Me contenter de la suivre.

Juste effleurer les choses, en douceur, les mettre en avant, les souligner, d’un simple trait vert – vert, parce que c’est le seul stylo que j’ai pu sauver de mes trois avides cartables !

J’ai envie d’une écriture toute neuve pour accompagner mon nouveau chemin ou plutôt, la suite de mon chemin ; cette nouvelle étape que je sens arriver.

Il se passe quelque chose. Quelque chose d’à peine perceptible, mais pourtant décisif.

Je ne sais pas pourquoi ça arrive maintenant, pourquoi ça ne s’est pas déclenché plus tôt malgré tous les efforts déployés pour essayer d’aller mieux. Une suite de prises de conscience, sans doute, avec en filigrane une complicité retrouvée et choyée comme un trésor. Une complicité qui donne des ailes pour s’envoler haut au-dessus du sol.

Il y a eu un voyage décevant qui a mis en lumière le délitement inexorable de liens que la distance peine à maintenir. Des retrouvailles annuelles sur rendez-vous, à heure fixe. Une somme d’efforts considérable pour en arriver à cette visite d’une heure, calée dans leur emploi du temps entre les courses au supermarché et la consultation chez le dentiste. Et si la prochaine fois, au lieu de traîner nos enfants affamés et fatigués dans des maisons lointaines où on ne se soucie pas plus que ça de les voir, on s’offrait plutôt un voyage au soleil – rien que pour nous ?!

Il y a eu ça.

Après il y a eu un autre voyage, une autre partie de l’été, avec d’autres prises de conscience. Un constat d’impuissance, un agacement, une lassitude devant les innombrables cadavres de solutions proposées jonchant le sol, fracassées sans même avoir eu la moindre chance. Je ne suis pas magicienne pour régler les ennuis des autres d’un coup de baguette ! A un moment donné, chacun doit s’attaquer à ses problèmes plutôt que de les ruminer !

Fatiguée, vaguement désespérée, je renouvelle ce vœu fait il y a de nombreuses années de ne jamais, jamais tomber dans cette morosité. De ne jamais, jamais m’enterrer vivante de cette façon, enfouie dans un quotidien empreint de haine et de tristesse.

Et puis il y a eu ces jours où j’ai côtoyé au quotidien la négativité, où j’ai lutté âprement pour ne pas me laisser envahir par ce poison. Je ne veux pas être comme ça ! No way !

Je ne veux pas voir des problèmes partout. Je ne veux voir que des solutions. Respirer à fond et examiner d’un coup d’œil les différentes options en gardant la tête froide. Ne pas rester bloquée sur ce qui n’est pas faisable. Se concentrer au contraire sur ce qui est possible, et le faire. Sans éclats ni explosions.

Je ne veux pas qu’on m’impose une mauvaise humeur qui n’est pas la mienne. Dans ma tête – et c’est ça le phénomène très étrange auquel j’assiste en ce moment – un mécanisme de défense se met en place pour stopper sur le champ les mauvaises ondes de l’extérieur. Coup de klaxon d’un excité du volant, coup de colère d’un excité de la vie, et hop ! Un petit signe « temps mort » s’active dans mon esprit pour couper court.

Gardez donc vos humeurs pour vous, les amis ! Moi, je suis une extra-terrestre sur cette planète…

Moi, je plane, légère, loin au-dessus de vos agitations ridicules. Que sont-elles au regard de l’univers ? Les inutiles soubresauts d’insignifiants insectes.

Tant qu’à être un insecte, je veux être un papillon, qui virevolte à sa guise, qui s’en va et s’en vient, de-ci, de-là…

Un papillon à plume pour teinter ma vie d’encre et de lumière 🙂

photos-c3a9tc3a9-2009-1261

Publicités

8 réflexions sur “Les divagations nocturnes d’un papillon à plume

  1. Le titre est magnifique Marie. Je te vois très bien en papillon, c’est une belle image.
    Eviter la morosité, laisser les autres gérer leurs ennuis et leurs doutes, ne pas se laisser gagner par la passivité, la mauvaise ambience ambiante. Ce n’est pas toujours facile mais c’est essentiel de se protéger, de protéger son équilibre Marie.
    J’ai l’impression que tu avances bien toi aussi, que les événements de la vie t’aident à trouver ta direction, à faire les choix que tu juges bons pour toi et les tiens.
    Merci pour le partage de tes réflexions qui donnent à réfléchir et qui ouvrent des fenêtres dans nos esprits.

    1. J’avance, Marie, j’avance ! J’apprends de ce que je vis et de ce que je vois autour de moi, et je suis bien déterminée à préserver ce bien-être et cet équilibre que je découvre. Pour moi-même et pour mon entourage très proche – mon mari et mes enfants qui, je l’espère, tirent aussi des bénéfices de ces progrès.

  2. quel beau texte Marie et belle evocation de ce papillon a plume qui virevolte et tinte ta vie d’encre et de lumiere, il te donne l’inspiration c’est beau un papillon, leger! une jolie image pour avancer sans se laisser perturber… bonne soiree, bises

  3. Ton billet est très beau, Marie. Il faut savoir dire stop aux mauvaises ondes avant qu’elles ne nous rattrapent, et toi, tu sais le faire et je trouve ça formidable ! Quand on a connu des moments difficiles et qu’apparaissent une lueur d’espoir, un moment de répit, il faut les preserver à tout prix, même si cela doit nous eloigner de certaines personnes… Merci pour ce billet très juste. Bises.

    1. Merci Karine. Ce sont juste quelques réflexions nocturnes que j’ai eu envie de partager. Comme je le disais, il se passe quelque chose dans ma vie en ce moment avec cette capacité nouvelle à me protéger intérieurement des agressions extérieures et d’autres mini-phénomènes dont je n’ai pas parlés mais tout aussi importants (comme le fait de parvenir à transformer ce blues que je porte en moi, ce petit pincement au cœur qui ne me quitte pas depuis des année, en sensation de bien-être !). J’assiste à ça presque en spectatrice et j’essaye de comprendre pourquoi ça arrive. Pourquoi maintenant ?!
      La vie m’apprend, contrairement à la chanson !

Petits mots et longs discours, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s