Le Livre de saphir – Gilbert Sinoué

Espagne, 1487 : la Reconquista est presque complète. Les Rois catholiques, Ferdinand et Isabel, ont repris la péninsule aux Musulmans. Al-andalous n’est plus – ou si peu. Seul l’émirat de Grenade résiste encore, mais pour combien de temps ?

L’Inquisition va bon train. Les « marranes », Juifs convertis au Christianisme, en sont la première cible. On les soupçonne de « judaïser » en cachette. On les épie, on les surveille, on les dénonce : celui-ci est accusé d’avoir respecté le shabbat. Au terme d’un procès « équitable », il sera brûlé vif en place publique. Sa femme, jugée coupable d’hérésie elle aussi, subira un sort plus clément : on lui accordera la strangulation afin qu’elle souffre moins !

Le livre de saphir

C’est dans ce climat particulièrement dur que trois hommes bien différents vont être amenés à se lancer dans une quête, à la recherche d’un livre très spécial :

Un livre né dans la nuit des temps, bien après le tohu-bohu initial, bien après que fut prononcé le premier mot : Béréchit. Cela se passait à l’époque d’Adam et de Havvah. (…)

Un livre qui n’est mentionné dans aucun des trois livres sacrés. Ni dans la Torah, ni dans les Évangiles, ni dans le Coran. Aucun verset, aucune prière ne l’évoque.

Cet ouvrage, qui émanerait de l’Éternel, renfermerait les réponses aux questions fondamentales que les hommes viendraient à se poser (p.35-36).

Pour le trouver, nos « héros » – le cheikh Ibn Sarrag, le rabbin Samuel Ezra et le moine Rafael Vargas – vont devoir dépasser leurs hostilités et unir leurs forces. Confrontés à des énigmes qui puisent dans les textes et les traditions de leurs trois religions, ils vont devoir mettre tout leur savoir en commun et se protéger les uns les autres, sous peine de ne pas voir leur quête aboutir.

Et qui est donc cette Doña Vivero qui se joint à eux en affirmant détenir la clé ultime de leur aventure ? Qui est cet homme à tête d’oiseau qu’ils retrouvent sans cesse sur leur route ? Pourquoi ces mésaventures qui se répètent ? Qui donc pourrait chercher à les arrêter ?

Lire au soleil et boire du thé

Si vous me suivez un peu, vous devinez sans peine que j’ai tout de suite adhéré à l’idée de départ : des personnages de communautés différentes – férocement opposées même, en ces temps troublés – obligés de se côtoyer, de travailler ensemble, de veiller les uns sur les autres, et qui finissent (forcément) par s’estimer et s’apprécier pour les hommes qu’ils sont, pour les valeurs et la foi qu’ils partagent au-delà de leurs préjugés. Est-ce que ce n’est pas un message terriblement – tristement – d’actualité ?

J’ai beaucoup aimé ce tableau insolite découvert par Manuela (Doña Vivero) à son réveil :

(…) Depuis un moment déjà, les voix s’étaient tues et…le silence régnait…

Face à La Mecque, l’Arabe était accroupi sur un petit tapis de soie, pieds nus, le front posé contre la terre.

À sa droite, le crâne recouvert d’une calotte, les épaules d’un châle en soie blanche…, le rabbin se tenait debout, tourné vers Jérusalem.

Entre les deux hommes, fray Vargas agenouillé égrenait un chapelet à voix basse.

Ces trois individus seraient-ils donc fous ?

(…) La prière des trois hommes se prolongea, jusqu’au moment où les dernières ombres se dissipèrent et où le cercle éclatant du soleil apparut dans sa totalité.

(p.266)

Lire au soleil et boire du thé

C’est avec beaucoup de plaisir que je me suis laissée entraîner dans ce gigantesque jeu de piste à travers l’Espagne. De mystères en rebondissements, on n’a aucun mal à parcourir les kilomètres et les pages de ce roman pour arriver au fameux livre de saphir

Quel sera donc le message universel qu’il nous délivrera ?

Je vous laisse le découvrir…

😉

Publicités

14 réflexions sur “Le Livre de saphir – Gilbert Sinoué

  1. Depuis que j’ai découvert Gilbert Sinoué, je lis ses romans avec une passion sans limite. Je crois me souvenir que tu m’avais conseillé ce livre Marie. Son message est universel et magnifique. Une belle oeuvre qui gagne a être connue et partagée.
    Je viens quant à moi de finir la Reine Crucifiée du même auteur.

    1. Je ne le connais pas celui-là. J’espère que tu vas nous en parler 😉
      Mon préféré de Sinoué, c’est La Route d’Ispahan, l’histoire d’Avicenne, le « prince des médecins ». Un récit vraiment passionnant. J’ai aussi beaucoup aimé La Pourpre et l’olivier, l’histoire de Calixte, esclave devenu pape. Tu les connais ?

      1. Je n’ai lu ni l’un ni l’autre mais je compte bien y remédier. Car c’est un auteur que j’apprécie beaucoup Marie.

      2. Et moi, je note ceux dont tu nous as parlé parce que je ne les connais pas du tout. On est un peu limités ici pour l’offre des librairies. A moins de commander, on ne trouve pas toujours ce qu’on veut.

  2. Ta présentation est vraiment extra ! Si tous les critiques littéraires pouvaient être aussi perfectionnistes que toi… Merci ! Bises.

    1. Oh, c’est trop gentil Aileza ! Ton commentaire me va droit au cœur. D’autant qu’en vrai perfectionniste, comme tu l’as justement remarqué, je suis rarement satisfaite de mes billets !!!
      Belle journée 🙂

  3. Ta description m’a donné envie,j’aime beaucoup le passage que tu as choisie des trois hommes en prière.J’ai lu La route d’Ispahan j’ai beaucoup aimé…je pense que je vais me jeter sur celui ci!

    1. Oui, Clarisse, c’est un passage tout simple mais qui prend un sens très fort dans le climat actuel. J’aime bien qu’on mette en avant ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise et au fond, au-delà des différences de formes, tous les croyants tendent vers le même but. Je veux croire qu’il est possible de le faire côte à côte en toute sérénité et c’est vraiment le message de ce livre.
      La route d’Ispahan, j’ai très envie de le relire. Je crois que c’est l’un des romans les plus passionnants que j’ai lus.
      Belle journée 🙂

  4. Salam
    La route d’Ispahan est un grand coup de cœur que je relirai aussi avec plaisir ! Pour celui là, je vais attendre, ma liste de livres à lire est déjà très, très longue… J’avais lu du même auteur « incha Allah le souffle du jasmin » et j’avais été déçue.
    Super de partager tes lectures !
    Et notre monde a grand besoin de se retrouver plutôt que de se crisper. Je viens de lire « les identités meurtrières  » d’Amin Maalouf, écrit à la fin des années 90, et c’est désolant (mot faible) de voir à quel point les choses s’aggravent. Mais restons optimistes !!
    Bises

    1. J’aime beaucoup le style d’Amin Maalouf. J’ai survolé Les identités meurtrières quand l’un de mes enfants a dû le lire pour l’école et je me souviens avoir trouvé ça très juste. Il faudrait que je remette la main dessus pour me rafraîchir la mémoire.
      Pour ce que je peux en voir de loin, je trouve aussi que le climat d’hostilité entre communautés s’aggrave en France et sans doute en Europe en général. Ça tourne à l’obsession de tous les côtés et je ne sais pas comment on le perçoit sur place, mais moi, de loin, je trouve que ça sent très mauvais 😦
      Tu as bien raison de parler de crispation: c’est tout ce que c’est. Des réactions viscérales totalement irrationnelles que certains, dans les plus hautes sphères, vont parfois emballer avec des grands mots pour les rendre acceptables. Difficile de rester optimiste… Y a des jours, je me ferais bien ermite !!!

      1. HamduliLlah dans la vie quotidienne, je ne ressens pas vraiment les hostilités, un paradoxe car du point de vue politique et médiatique, c’est violent, à se demander ce qui va nous arriver…

      2. C’est drôle, c’est aussi ce que je me dis quand je vais en France : vu de loin (à la télé), on dirait que c’est presque l’apartheid (!!!) alors que sur place, je trouve les gens charmants, polis – pas du tout hostiles, au contraire ! Bizarre… 😉

Petits mots et longs discours, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s