Amicale sournoiserie

Aussi bizarre que ça puisse paraître, cette anecdote sans queue ni tête est basée sur des faits réels. Les prénoms des intervenants ont été modifiés afin de préserver leur anonymat…

Amélie parlait. Elle ne tarissait pas. Jacques lui tapait sur les nerfs. Jacques ne faisait pas assez attention à elle. Jacques était horripilant. Jacques ne rangeait jamais sa brosse à dents…

Moi qui m’attendais à retrouver une vieille copine comblée par son mariage, j’étais plutôt perplexe.

Jacques avait dit… Jacques avait fait… Il avait vraiment l’air d’un boulet, ce Jacques !

Amélie parlait tellement qu’elle en avait oublié de boire son café, qui gisait là, sur la table basse, la mousse toute retombée, lamentable.

Je l’écoutais d’une oreille, les yeux rivés sur les deux tasses dépareillées posées devant nous ; la mienne, que j’avais vidée d’un trait en pensant – à tort, visiblement – qu’elle ne serait que la première, et la sienne, qui avait eu tout le temps de refroidir.

Je me disais qu’elle aurait pu me le proposer tant qu’il était encore fumant, son café, si elle n’en voulait pas ; que je me serais fait une joie de le boire, qu’il m’aurait réconfortée un peu dans cet appartement glacial.

Je me disais que j’avais une furieuse envie de boisson chaude, que si j’avais eu le courage de braver la pluie et les flaques plutôt que de rester tranquille à la maison, c’était uniquement parce que je croyais passer une après-midi agréable dans le petit nid douillet de deux tourtereaux.

Au lieu de ça, je me retrouvais là, transie de froid sur ce canapé en skaï, à écouter une litanie de plaintes contre un homme qui semblait avoir tous les défauts du monde. Pour l’ambiance cocooning, je repasserais ! Je n’avais qu’une seule envie : m’enfuir !

C’était à se demander ce qu’Amélie avait bien pu lui trouver, à cet oiseau-là ? Je ne comprenais pas. Elle avait quand même décidé de l’épouser à un moment donné. C’est donc qu’il n’était pas si mauvais que ça !

– Non mais, tu te rends compte ? J’peux t’dire que j’suis tombée de haut quand il m’a sorti ça ! Quel culot ! Je n’en reviens toujours pas !

Amélie avait fini par se taire, toute à son indignation d’avoir été traitée de la sorte par Jacques, l’irréductible boulet. Je profitai de cet intermède inespéré pour tenter une innocente petite diversion…

– Mais dis-moi, Amélie… À part ça, il doit bien avoir quelques qualités, ton mari, non ? Qu’est-ce qui t’a plu chez lui ?

Yeux ronds. Stupéfaction. Amélie resta figée quelques instants, semblant faire de gros efforts pour déblayer ses souvenirs. Je la vis se détendre, puis, très lentement, un large sourire se dessina sur son visage.

– Jacques, tu vois… C’est quelqu’un de très gentil. Mais, j’veux dire, « vraiment » gentil. C’est ce qui m’a tout de suite frappée chez lui. Il y avait cette vieille dame qui voulait traverser la rue, et il était là, et…

YESSS ! m’écriai-je triomphalement in petto, en l’entendant repartir de plus belle dans la direction opposée. L’atmosphère allait peut-être se réchauffer, tout compte fait.

Une flamme s’était allumée dans les yeux d’Amélie, qui s’était remise à parler, à parler, à parler. Elle était intarissable. Jacques était patient. Jacques était serviable. Jacques était touchant, honnête, fort. Jacques avait toutes les qualités du monde.

Et moi, je souriais, satisfaite, blottie dans le canapé où on n’était pas si mal finalement, guettant le moment propice, entre deux anecdotes attendries, pour suggérer – pourquoi pas ? – un autre café.

wp_20150302_116-copie

Publicités

7 réflexions sur “Amicale sournoiserie

    1. Honnêtement, je n’en ai gardé qu’une vague idée, Marie. C’est un vieux souvenir qui m’est revenu en tête, je ne sais pas trop pourquoi. C’était assez extraordinaire, cette façon de changer son fusil d’épaule à la seule question « qu’est-ce qui te plaît chez lui ?! », lancée en désespoir de cause alors que je n’en pouvais plus d’entendre des lamentations!!! Tout le monde a des défauts, mais tout le monde a forcément des qualités aussi. Même Jacques 🙂

Petits mots et longs discours, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s