J’avais oublié l’hiver

Ça faisait neuf ans que je n’étais pas « rentrée » à cette saison.

J’avais oublié la morsure du froid, les petits nuages blancs qui se forment devant nos bouches à chaque fois qu’on parle, nos poumons qui s’emplissent d’air glacé.

J’avais oublié ce que ça faisait de s’emballer soigneusement à chaque fois qu’on sort, de prendre le temps de se déballer chaque fois qu’on rentre, comme s’il y avait un sas de décompression entre la banquise, là, dehors, et la chaleur accueillante du salon.

J’avais oublié ce que ça faisait de s’emberlificoter dans les couches de laine, de les accumuler en espérant qu’elles suffisent, de les déployer pour boucher toutes les ouvertures.

J’avais oublié l’intense sensation de douceur qu’on pouvait avoir quand on était dans un intérieur bien chauffé alors qu’il faisait -5° C dehors.

J’avais oublié à quel point c’était agréable de rentrer se faire un bon chocolat chaud après avoir [retiré ses gants, son manteau, son écharpe, ses bottines fourrées…] crapahuté courageusement dans une nature paralysée par le gel.

J’avais oublié à quel point c’était joli, le givre.

J’avais oublié qu’il ne m’était pas désagréable, cet hiver-là.

SavedPicture-201711010325.jpg

Publicités

9 réflexions sur “J’avais oublié l’hiver

  1. C’est une belle saison Marie! On apprécie la chaleur du foyer après une journée froide. Et puis la nature prend de belles allures aussi.
    Merci pour ce bel article, cette belle ode à la saison froide!

  2. J’aime tant le printemps et l’été avec ses longues journées et la chaleur mais je crois que jaurais quand même du mal à me oasser de l’hiver ou au moins de ce que tu décris. .. Merci pour tes mots sur mon blog j’essaye de tenir le coup et ne pas sombrer la vie n’est pas toujours si simple bises Marie

    1. Oh non, la vie n’est pas toujours simple. On a beau se protéger, les autres nous font souvent mal. Ou bien c’est peut-être parce qu’on est trop sensible ?
      Je ne sais pas du tout quelles sont tes difficultés, mais j’espère de tout cœur que tu trouveras très vite l’apaisement, Catherine. Des pensées affectueuses.

      1. Trop sensible certainement, je fais le deuil d’un enfant vivant et c’est cela le plus difficile… Merci de tes mots Marie vous savoir la dans l’ombre me fait du bien plein de bises

  3. Et tu doutes de ton talent ? 😉
    C’est toujours aussi savoureux de te lire.

    Comme ça, toi aussi tu aimes la chaleur du froid de l’hiver…? N’empêche, je dois reconnaître que mon -30 est plus froid que ton -5 ! Chez nous, c’est frisquet ces jours-ci…

    1. HHH! C’est gentil! Comme je l’ai lu quelque part, j’écris parce que je ne sais pas dessiner!!! Mais les mots, parfois, je trouve ça fatiguant!!!

      Brrr… -30?! J’avoue que devant les températures que vous avez (au Québec?), je fais pâle figure avec mon petit -5 😉 Mais c’était quand même très dépaysant pour nous qui vivons au Maroc depuis plusieurs années. Il doit faire une quinzaine de degrés en ce moment, l’après-midi, et sans doute plus en plein soleil…

      1. Oui, -30… En janvier et février (au Québec, effectivement), il y a des journées très frisquettes (et d’autres plus douces… -1 seulement aujourd’hui !) ! Mais tout est dans l’habitude, comme tu le dis si bien, et puis s’émerveiller du dépaysement, c’est beau. Souvent, il suffit de regarder différemment pour voir le bonheur.

Petits mots et longs discours, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s